Isolation soufflée : le choix pour les combles perdus

Moins connue dans le monde de l’isolation, en comparaison des rouleaux de laine de verre où des panneaux isolants, il existe l’isolation soufflée. Une méthode efficace pour remplir les endroits inaccessibles et réduire les pertes de chauffage de votre habitat.

Réduire sa facture d’énergie grâce à une meilleure isolation

Réduire les dépenses de chauffage, une préoccupation à la fois économique et écologique de notre quotidien. Au fil des années, les méthodes pour l’isolation se sont régulièrement tournées vers les panneaux protecteurs ou vers l’application de la laine de verre en rouleau. Pourtant depuis 2015, il existe un nouveau procédé : l’isolation soufflée. Comme il est possible de le deviner dans son appellation, la technique consiste à souffler un isolant en vrac directement dans l’espace à garnir. Les matériaux injectés sont généralement de la laine de roche, de la ouate de cellulose ou de la laine de verre.

Les plus et les moins

Principalement, l’isolation soufflée est appréciée pour sa rapidité et sa fonctionnalité. Cette méthode est régulièrement utilisée pour l’isolation des combles perdus, spécialement lorsque ces derniers ne sont pas accessibles. Ce type d’isolation est une des rares manières d’isoler une partie inaccessible de l’habitat sans avoir à détruire de murs ou de cloisons. Elle peut également parfaitement remplir les murs creux de l’habitat. Précisons que les endroits à remplir doivent être coupés du reste de l’habitat, pour éviter que l’isolant en vrac ne se répande dans toute la maison.

L’isolation par soufflage est simple et requiert moins de temps qu’un autre procédé puisqu’il n’y a quasiment aucun travail de maçonnerie. Une fois le matériel installé, les bénéfices de cette méthode se ressentent directement. L’isolation par soufflage est simple et requiert moins de temps qu’un autre procédé puisqu’il n’y a quasiment aucun travail de maçonnerie. Rien n’est trop beau pour être vrai.

Il existe bel et bien quelques inconvénients à l’isolation soufflée : le prix est élevé et l’usage limité dans la maison. Ce procédé peut s’avérer onéreux et doit être effectué par des professionnels de l’isolation. Le prix au m²  avoisine généralement entre 25 et 35 euros. Son usage étant réservé aux endroits inaccessibles, d’autres travaux viendront isoler le reste de votre habitat. Dans le cas de l’isolation des combles, ce type de travaux peut s’avérer viable économiquement dans le temps grâce à une réduction de sa facture de chauffage. En moyenne, 30% des déperditions thermiques se font entre les combles et la toiture.

Les aides pour rénover

L’aspect financier serait, selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), un des freins majeurs à la réalisation de travaux énergétiques. Pour lutter contre cet obstacle, les pouvoirs publics proposent quelques dispositifs pour le financement des initiatives de rénovations. Un grand nombre de ces aides financières nationales sont octroyées sans conditions de ressources et leur montant peuvent diminuer jusqu’à 17% la facture. À celles-ci, peuvent s’ajouter des apports complémentaires de la part des collectivités territoriales.

Si depuis le 31 décembre 2017, le crédit d’impôt offert par le Cite (Crédit d’impôt pour la transition énergétique) n’existe plus, en revanche, l’éco-PTZ, un prêt sans intérêt, reste à la portée de tous jusqu’au 31 décembre 2018. Ce prêt à taux zéro est destiné aux propriétaires souhaitant effectuer des travaux de rénovation dans leur résidence principale et aux bailleurs dont les résidences locatives ont été construite avant le 1er janvier 1990.

Depuis 2016, l’éco-PTZ peut se cumuler à un crédit immobilier classique et son montant maximum varie entre 10 000 et 30 000 selon les travaux. Pour des travaux d’isolation, l’accès à l’éco-PTZ demande le cumul avec une autre intervention, tel que le changement de fenêtre, de chauffage ou d’eau chaude pour une source d’énergie renouvelable.

Autres solutions, les primes CEE (Certificats d’économies d’énergie), remises par les énergéticiens français. Bon à savoir, des entreprises comme EDF ou Engie, sont dans l’obligation légale de s’engager dans des travaux d’économie d’énergie, à condition de remplir certaines conditions, dont l’emploi d’un artisan disposant du label RGE (Reconnu garant de l’environnement). Elles peuvent être remises sous forme de chèques à encaisser une fois les travaux effectués ou comme bons d’achat à utiliser en grande distribution.

Si tous les ménages ont le droit à ces aides, à partir du 1er avril, les CEE proposeront davantage de primes aux ménages en situation de précarité énergétique dans le cadre de la charte « coup de pouce économies d’énergie ». Les primes doivent être demandées avant la signature du devis auprès d’un prestataire spécialisé ou d’une enseigne de grande distribution.

Dans le cas particulier des combles, Le Pacte Energie Solidarité peut permettre à certains d’isoler leurs combles perdues pour 1 euro… Les foyers, dont le revenu fiscal ne dépasse pas un certain plafond, peuvent bénéficier de cette aide particulièrement alléchante. Pour ceux qui dépassent le plafond, l’initiative reste intéressante avec des prix attractifs autour de 6 euros le mètre carré à isoler.

Close Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *